Urbanisme et Aménagement

2 mai 2013

Immobilier: on négocie de plus en plus à Paris Le figaro.fr

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Logement, Immobilier, PLH,

Par Carole PapazianPublié le 01/03/2013 à 18:28 Réactions (3)

Cet appartement de 275 m² chaussée de la Muette dans le XVIe (2e étage) vient d'être vendu 9800 €/m². Il y a un an, il avait été estimé 11.000 €/m².
Cet appartement de 275 m² chaussée de la Muette dans le XVIe (2e étage) vient d’être vendu 9800 €/m². Il y a un an, il avait été estimé 11.000 €/m². Crédits photo : Joan Bracco/GALIVEL/Joan Bracco/GALIVEL

Les notaires évaluent la baisse des prix à Paris à 1% en un an. Mais sur le haut de gamme, au-dessus de 2 millions d’euros, les négociations sont aujourd’hui bien plus fortes.

Immobilier: on négocie de plus en plus à Paris Le figaro.fr dans Logement, Immobilier, PLH, coeur-

ll va falloir revoir l’échelle des prix que l’on a en tête. C’est notamment le cas à Paris pour les biens de plus de 2 millions d’euros. «Au-delà de ce montant, il y a très peu d’acquéreurs. Les prix ont baissé de 10 à 15% en un an»,relève Thibaut de Saint Vincent, le président de Barnes.

Aujourd’hui, les propriétaires acceptent plus facilement de négocier et les prix passent souvent sous la barre des 10.000 €/m², même dans les beaux quartiers. Un appartement de 275 m² chaussée de la Muette dans le XVIe (2e étage) vient d’être vendu 9800 €/m². Il y a un an, il avait été estimé 11.000 €/m². Sur l’étroit créneau du luxe, en revanche, les étrangers, notamment du Moyen Orient, du Brésil et des pays de l’Est, sont toujours là. «Les prix sont stables pour les biens d’exception, selon Barnes, maisla clientèle européenne qui achetait des pied-à-terre rive gauche ou des biens locatifs a disparu.»

Les acheteurs temporisent

Globalement, les acheteurs ont un large choix: le réseau annonce, par exemple, 50% de mandats de plus qu’il y a un an. Pourtant, beaucoup d’acquéreurs potentiels jouent la montre, attendant que les prix baissent. Comme un nombre croissant d’experts.«Paris fait figure d’exception: l’immobilier continue de défier la gravité, avec une hausse des prix de 33% par rapport au niveau d’avant la crise de 2008. Comment expliquer ce paradoxe dans un contexte de stagnation de l’économie?»se demande Primeview qui évoque «une bulle gigantesque».

Les prix commencent à se dégonfler, mais tout doucement. Les notaires constatent qu’en 2012 «les prix ont baissé de 1% sur l’ensemble de la capitale». C’est très peu, mais ils rappellent qu’ «il n’y avait pas eu de baisse annuelle des prix depuis trois ans, la dernière datant du quatrième trimestre 2009».

Au quatrième trimestre, les prix ont baissé de 2% dans la capitale selon les indices notaires-Insee de la Chambre des notaires de Paris et d’Ile de France. Le prix moyen est passé en trois mois 8 440 € le m² à 8 270 € le m², retrouvant son niveau du premier trimestre 2012.

Laisser un commentaire

le carnet du lait |
Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CGT CATERPILLAR
| Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT