Urbanisme et Aménagement

  • Accueil
  • > Architecture
  • > De l’architecture au théâtre… (25-06-2014)Le courrier de l’Architecte
26 juin 2014

De l’architecture au théâtre… (25-06-2014)Le courrier de l’Architecte

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture
De l'architecture au théâtre... (25-06-2014)Le courrier de l'Architecte dans Architecture 01(@AndreMorin)_B

De l’effort de l’architecte à la paresse des commanditaires, il n’y a qu’un pas. Le nouveau théâtre d’Anglet, livré en décembre 2013 par ses concepteurs, Isabel Herault et Yves Arnod, illustre l’état apathique de la culture, réduite bien souvent à un acte de communication. Liliana Albertazzi, professeur d’esthétique, livre son regard critique, en marge de la publication de son ouvrage ‘Qu’est-ce que l’oeuvre aujourd’hui ?’(1).

Un nouveau théâtre a vu le jour à Anglet. Les plans se plient et se contournent, épousent et repoussent le périmètre de la parcelle et affirment ainsi la position centrale du bâtiment, à côté de la bibliothèque et face au marché. Les cieux changeants de l’Atlantique font chanter les lattes de bois brut, dont les teintes varient selon l’exposition aux éléments et l’alternance de vides et des ouvertures.

Un parvis se creuse pour marquer un sas entre le hall vitré et les magnifiques lettres géantes de Quintaou, le nom du théâtre. Par transparence, le mur écran du bar restaurant offre ses enseignes peintes en rouge, objet d’un ’1%’ investi par le graphisme réjouissant de Franck Tallon qui a ponctué l’espace de la convivialité d’une mémoire commune.

Isabel Herault et Yves Arnod, les architectes, ont voulu assurer cette perméabilité entre la ville et le bâtiment hébergeant la salle, comme pour témoigner de l’emprise du théâtre sur l’espace public. Dès l’entrée, le spectateur ne peut être que sensible au déploiement de la théâtralité, celle qui se joue sur scène, entre l’illusion et l’insaisissable réalité d’un espace commun, forcée à s’inventer, car rien n’est spontané dans le commun.

04(@AndreMorin).jpgLes architectes ont conçu une salle originale, en vignoble, dissymétrique, privilégiant une forte inclinaison de la pente à l’éparpillement des sièges en largeur. Cela donne une salle compacte, dense, avec visibilité depuis tous les sièges. L’acoustique est assurée par des éléments en bois géométriques dessinés sur mesure et dont la variation des volumes contribue à l’optimisation de l’écoute.

Lors d’une visite consacrée à l’architecture, le bâtiment était vide, mais prêt à accueillir. Nous sentions déjà le public s’émoustiller dans le hall d’entrée, commentant l’auteur ou le metteur en scène.

Dans la salle, nous voyions les spectateurs prendre place, se débarrasser de leurs habits de ville et de leurs habitudes de vie. Nous entendions le frottement des corps et de matières dans leur dernière agitation avant la quiétude et le silence imposés par le rideau levé et les lumières éteintes. Le public se préfigurait dans la salle inoccupée, car l’architecture remplissait son rôle d’oeuvre. Elle faisait lieu.

Elle faisait lieu de théâtre, dès lors que la place du spectateur s’y creusait déjà. L’oeuvre théâtrale, elle, n’était pas encore là. Le public seul et la salle ou le projet d’une pièce dont chacun connaît le texte par coeur ne font pas encore théâtre. Il manque cette complicité inaliénable entre l’acteur et le spectateur, manque, inexorablement, ce projet de communauté dont la réalisation s’actualise dans la co-présence, dans l’expérience accomplie de la réciprocité de l’Autre. 

C’est comme si le projet d’architecture tenait à sa capacité à faire de l’espace et du temps une opportunité pour localiser la rencontre avec l’Autre et que le projet de l’oeuvre théâtrale retiendrait l’événement de la rencontre pour découvrir l’espace et le temps de sa fiction.

02(@AndreMorin).jpgRéfléchissons aux convergences vers la notion d’oeuvre dans les différents registres de la création. Pour déterminer les points de fuite construisant cette perspective, il faut chercher ce qui constitue le profil de l’oeuvre, ce à quoi elle se reconnaît. C’est au fait que sa résistance opère. La résistance résulte des moyens inhérents que sa création oppose à un Monde subi.

Parmi les acquiescements d’office auxquelles le monde d’aujourd’hui obéit, le plus insidieux demeure celui de programmer le contenu des textes, l’opportunité d’expositions ou de concerts, voire le débit de l’information, selon la réaction attendue du public. Or, la question de l’éducation, de la culture et a fortiori de l’oeuvre est de donner les moyens pour construire une sensibilité nouvelle, sans prédétermination, qui conduit à la liberté. 

Hélas ! par un joli tour de passe-passe, la communication nous renvoie ce vers quoi nous devons nous reconnaître dans la culture, la figurant comme homogène, tandis qu’elle est faite de divers et, en prime, faisant aboutir cette sournoise assomption au mensonge de l’identité.

Les contextes qui activent cette résistance de l’oeuvre sont esquissés et, lors de cette visite – comme il se doit -, l’expérience est venue confirmer la théorie. Le discours politique, transparent à l’analyse, a commuté l’ambition de l’oeuvre par l’ambition de l’adjoint à la Culture du Maire actuel (différent de celui qui l’a commandé) et par celle du Conseiller à la culture, jusqu’à présent programmateur du théâtre.

«Je n’étais pas d’accord car je n’aime pas le bois», annonce le premier. «Mon mentor m’a appris que la Culture est un parking, des toilettes et un bar», résume le second. En feuilletant le programme, nous constatons que c’est en fonction de cette devise qu’il a fait la première programmation (fort heureusement, elle sera confiée désormais à la Scène nationale de Bayonne sud aquitain, la SNBSA).

03(@AndreMorin).jpgNous soupçonnons aussi que le personnel de sécurité syndicalisé et la bureaucratie de la Mairie s’occuperont de concrétiser d’autres amputations moins idéologiques mais bien réelles, comme l’accès à la jolie terrasse, faisant office de scène à l’air libre savamment posée par les architectes entre les plis de leur bâtiment et d’ores et déjà compromise.

Très opportunément, la programmation, exclusivement «divertissante», quasi sans oeuvre théâtrale, brandit l’accessibilité au grand public tandis que les barrières à la perméabilité conçue par les architectes se lovent dans la sécurité. Dans cette obstruction d’accès aux œuvres, nous ne voyons que la paresse. Je l’avoue, dans l’approche théorique, l’amplitude de celle-ci m’avait échappée.

 

Liliana Albertazzi

 

(1) Qu’est-ce que l’oeuvre aujourd’hui ? Du théâtre à l’architecture ; Auteur : Liliana Albertazzi ; Editeur : Editions Hermann ; Format : 20,8x14cm ; 172 pages ; Couverture : Broché ; Prix : 24,70 euros

Laisser un commentaire

le carnet du lait |
Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CGT CATERPILLAR
| Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT