Urbanisme et Aménagement

7 avril 2013

Patrimoine : 360 immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2012

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture

CulturePublié le vendredi 5 avril 2013 Source : Localtis.fr

Le Journal officiel du 3 avril 2013 publie la liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2012. Celle-ci recense 360 biens immobiliers protégés l’an dernier : 50 classés et 310 inscrits. Ce chiffre peut toutefois être supérieur à la réalité, puisqu’un même monument peut faire l’objet d’arrêtés de classement ou d’inscription pour des parties différentes, même si le classement ou l’inscription d’un bloc restent, de très loin, le cas de figure le plus fréquent.
En termes de nombre de mesures de protection, le cru 2012 et ses 360 biens protégés se révèle très proche de ceux des années précédentes, avec 350 immeubles protégés en 2011 et 360 en 2010. En revanche, au sein de cet ensemble, la baisse du nombre de monuments classés – la protection la plus forte – semble reprendre, après le résultat exceptionnel de 2011, qui avait vu le classement de 89 biens immobiliers. Avec 50 biens classés en 2012, il n’est en effet pas exclu que la tendance reparte à la baisse dans les prochaines années, après le recul continu observé depuis plus de six ans : 39 immeubles classés en 2010, 43 en 2009 et 2008, 44 en 2007, 52 en 2006 et 72 en 2005.
En termes géographiques – et comme chaque année – quelques départements manquent à l’appel et n’ont connu l’an dernier aucune mesure de protection : les Hautes-Alpes, l’Aude, l’Aveyron, l’Eure, la Haute-Savoie, la Seine-et-Marne, le Tarn, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et Val-d’Oise. On relèvera au passage que quatre des huit départements d’Ile-de-France n’ont fait l’objet d’aucune mesure de protection. En revanche, tous les départements d’outre-mer ont classé ou inscrits des monuments en 2012, y compris Saint-Pierre-et-Miquelon et Mayotte.
Avec ces nouvelles inscriptions, La France compte près de 44.200 immeubles protégés au titre des monuments historiques. Sur ce total, 33% sont classés et 67% inscrits. La moitié de ces immeubles appartiennent à des propriétaires privés, 43% à des communes, 4% à l’Etat et 3% à d’autres catégories de propriétaires. Explication de cette proportion élevée de propriétaires privés : 33% des immeubles protégés sont des habitations, les autres usages se répartissant entre édifices religieux (29%), architecture militaire (7%), génie civil (6%), jardins (6%), architecture funéraire et commémorative (5%), architecture agricole (4%) et autres (10%). Enfin, en termes d’époques d’origine, les Temps modernes (XVIe-XVIIIe siècle) prédominent nettement (45% des immeubles), suivis du Moyen-Age (33%), de l’époque contemporaine (17%) et de la Préhistoire et de l’Antiquité (5%).
A noter : la liste publiée au Journal officiel compte également onze radiations. Curieusement, huit d’entre elles concernent le département de l’Aude.

Jean-Noël Escudié / PCA

2 mars 2013

Le Vieux-Port de Marseille rendu aux piétons – Aménagement – LeMoniteur.fr

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture, Projet urbain

Le 2 mars est inaugurée, par l’ensemble des collectivités qui ont pris part à la réalisation de ce chantier, la semi piétonisation du Vieux-Port menée tambour battant (9 mois seulement de travaux) et aujourd’hui complètement achevée avec l’ombrière de Norman Foster.

Lire la suite  :  Le Vieux-Port de Marseille rendu aux piétons – Aménagement – LeMoniteur.fr.

Le Vieux-Port de Marseille rendu aux piétons – Aménagement – LeMoniteur.fr dans Architecture 380x329xIMAGE_20130228_20317865-380x505.jpg.pagespeed.ic.iK-nMm0L01

25 janvier 2013

Architecture et urbanisme : Sur la route des « utopies réalisées » en région lyonnaise

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture

 LE MONDE | 23.01.2013 à 12h48 • Mis à jour le 23.01.2013 à 16h00Par Jean-Jacques Larrochelle – Lyon – Envoyé spécial

La Cité des étoiles à Givors conçue par l'architecte Jean Renaudie.

 A l’heure dite, la porte cochère s’est refermée. Une poignée de secondes de retard n’y ont rien fait. Où dormir désormais ? De l’obscurité de la campagne, un inconnu a surgi. « Ce n’est pas l’entrée du couvent. Vous pouvez le rejoindre en contournant le vieux bâtiment. Attention à la boue, au plan d’eau et aux animaux ».« Quels animaux ? » « Des oies, très agressives… »

Au final, point de volatiles et un chemin de terre bienveillant. Au moment de longer la Mer noire (le nom du bassin), apparaît la Tourette, calme bloc de béton brut et de verre posé en équilibre au sommet d’une pente herbeuse. A l’accueil, une jeune femme rassérène le visiteur. « Tout va bien. Je vais vous montrer votre chambre. Frère Marc viendra vous saluer. »

A Eveux (Rhône), à moins de 30 kilomètres au nord de Lyon, le couvent Sainte-Marie-de-la-Tourette est un lieu hors du temps. Accessible à toutes et à tous, athées ou croyants, la communauté dominicaine qui l’habite en a fait une maison d’accueil, de partage, de réflexion ou de prière. Et de grande liberté.

Achevée en 1960, c’est l’une des dernières grandes oeuvres de Le Corbusier (1987-1965). Un monument rectiligne, posé sur pilotis, d’apparence austère mais qui, dans son intimité, révèle une multitude de parcours que transcende la lumière. Ou plutôt les lumières. « On bâtit d’abord avec le soleil, puis le paysage, enfin le matériau », soulignait l’architecte.

Séjourner ici est une expérience rare. En dépit de leur modestie, les cellules soumises au « modulor » – unité de mesure basée sur l’échelle humaine inventée par Le Corbusier – disposent d’une loggia ouverte sur le paysage. Hormis dans les espaces privés des frères, chacun peut déambuler dans les lieux, à tout moment. Dans l’église, le réfectoire, l’atrium, le chapitre, l’oratoire. Ou la galerie du cloître que rythment les pans de verre imaginés par le compositeur et architecte Iannis Xenakis (1922-2001). L’on peut, à loisir, rejoindre le parc. Seule « contrainte » : respecter le silence.

La Tourette est le point d’orgue des Utopies réalisées, un partenariat touristique créé en 2009 en région lyonnaise, mettant en réseau cinq sites emblématiques du Mouvement moderne, courant architectural et urbain du XXe siècle. Leur point commun : tous ont été portés par un idéal social, spirituel et humain. Pour les découvrir, le périple, en voiture, nécessite deux (Lire la suite…)

17 janvier 2013

L’ordre des architectes mobilise pour le logement

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture

L’ordre des architectes mobilise pour le logement
| 17/01/2013 | 16:49 | Logement Source : Le moniteur.fr

L’ordre des architectes mobilise pour le logement dans Architecture 380x215xIMAGE_2009_11_17_1021046-380x505.jpg.pagespeed.ic.8bApYqzqFu
Associés à des élus, à des acteurs du logement social, et à d’autres professionnels de la construction, les architectes formulent, à l’attention des élus et du gouvernement, 18 propositions pour la production de logements de qualité.

Urgence et qualité font rarement bon ménage. Avec ses objectifs de 500 000 logements à construire et 500 000 à rénover par an le gouvernement satisfait les constructeurs autant qu’il rend perplexes certains. Pour les architectes, professionnels de la conception qui font de l’écoute de l’habitant, de l’intégration dans le site, du détail constructif soigné… le parcours incontournable de la production architecturale, de tels objectifs semblent difficilement atteignables sans sacrifier la qualité des logements. C’est à cette question que l’Ordre des architectes a travaillé avec ses partenaires lors de ses Matinales* : « A ces rendez-vous qui regroupent des associations de consommateurs, des représentants du logement social, des élus, des professionnels de la construction… nous sommes plus forts pour élaborer des propositions et tenter de répondre à l’urgence de l’habitat indigne et au manque de logement (Lire la suite…)

20 décembre 2012

Architecture : Les petites maisons sur le toit de Champingny sur Marne

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture

Source  : LE MONDE |               18.12.2012 à 13h18• Mis à jour le               18.12.2012 à 14h16Par Jean-Jacques Larrochelle

L'immeuble de logements sociaux signé par l'architecte Edouard François à Champigny-sur-Marne.

L’immeuble de logements sociaux signé par l’architecte Edouard François à Champigny-sur-Marne. | Henri Pinhas

A Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), dans la banlieue sud-est de Paris, tout le monde connaît « les maisonnettes posées sur le toit d’un immeuble ». Il suffit de demander. L’ancien vieux bâtiment de béton mitoyen devant être détruit pour céder la place à une crèche, ce programme de relogement social, signé par Edouard François, défraye – ou plutôt a défrayé – la chronique campinoise. « On dirait qu’un gosse s’est amusé à empiler des Lego et que son père l’a imité », déclarait il y a quelques semaines une femme au Parisien.fr. D’autres, au contraire, plus circonspects, reconnaissent aujourd’hui que cela a permis de faire connaître les Mordacs, leur quartier. Ce dont ils se réjouissent,

L’architecte, urbaniste et designer, choisi par le bailleur Paris-Habitat, parle de « collage », voire de « chaos urbain ». Il faut imaginer un immense tsunami capable d’empiler une barre des années 1970, estampillée Mouvement moderne, sur une rangée de maisons des faubourgs, et, cerise sur le gâteau, d’avoir posé en équilibre tout au-dessus une grappe de pavillons typiques des années 1980 : leurs volets en bois verni, les ferronneries standards un brin tarabiscotées. Destiné à une centaine de foyers, le programme est une sorte de raccourci historique des trois âges de l’habitat du XXe siècle. « Il fallait réconcilier des modèles urbains qui ne se parlent pas », résume l’architecte. (Lire la suite…)

20 décembre 2012

Une ville chinoise s’offre le plus grand édifice du monde

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture

La métropole de Chengdu en Chine abritera bientôt un édifice qualifié de « plus grand bâtiment du monde d’un seul tenant ». Baptisé « Global Center », ce parallélépipède de 100 mètres de haut, pour un côté de 500 par 400 mètres, est actuellement en chantier. Sa façade extérieure est pratiquement achevée…….Lire la suite avec le lien ci-dessous

Une ville chinoise s’offre le plus grand édifice du monde.

 

Le "Global Center" propose une surface totale de 1,7 million de mètres carrés.

2 novembre 2012

Urban Planet: How Growing Cities Will Wreck the Environment Unless We Build Them Right

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture
By Sept. 18, 2012 Source : science.time.com/2012/09/18/
Shanghai, China
Getty ImagesThe Chinese city of Shanghai will be one of the largest urban areas in the world

It’s easy to miss amid the day to day headlines of global economic implosion, Presidential campaign foibles and Mideast rage, but there is a less conspicuous kind of social upheaval underway that is fast altering both the face of the planet and the way that human beings live. That change is the rapid acceleration of urbanization, as more and more people in every corner of the world put down their farm tools and move from the countryside or the village to the city. In 2008, for the first time in human history, more than half the world’s population was living in towns and cities. And as a new paper published in the Proceedings of the National Academy of Sciences shows, the process of urbanization will only increase in the decades to come — with an enormous impact on biodiversity and potentially on climate change. (Lire la suite…)

31 octobre 2012

REM KOOLHAAS sous la coupole

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture

A lire dans Paris Match du 25 au 31 octobre une interview de Rem KOOLHAAS par Sylvie SANTINI   Source :  www.parismatch.com/

REM KOOLHAAS sous la coupole dans Architecture

23 octobre 2012

Pétition d’architectes contre la démolition de logements sociaux Chemetov

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture
Source : www.lemoniteur.fr

De célèbres architectes s’insurgent dans une pétition publiée mardi 31 juillet contre la démolition prévue d’un immeuble construit par Paul Chemetov à Courcouronnes (Essonne) hébergeant des logements sociaux, dans le cadre d’un plan de rénovation urbain.

 Intitulée « Faut-il démolir le patrimoine du XXe siècle », une pétition signée de 25 architectes de renom (parmi lesquels Henri Ciriani, Marc Mimram, Jean Nouvel, Dominique Perrault, Rudy Ricciotti, Bernard Tschumi et Thierry van de Wyngaert, président de l’Académie d’Architecture) et publiée mardi 31 juillet demande la sauvegarde de (Essonne) hébergeant des logements sociaux.

Selon eux, le bâtiment en question, « est en danger de destruction rapide en raison de la convention signée en 2009 par l’ANRU (l’Agence nationale de rénovation urbaine) présentant sa démolition comme une nécessité », ce contre quoi ils s’insurgent, estimant au contraire que rien ne la justifie.

« Cette +braderie+ détruit des logements alors que l’on déplore leur pénurie, prive de travail entreprises et artisans capables de les restaurer ou de les réhabiliter, et nous dépossède d’un patrimoine du XXème siècle, qui est le nôtre », déplorent notamment les signataires.

Ils citent d’autres exemples de patrimoine architectural menacé de démolition pour la même raison: l’école d’Architecture de Nanterre de Jacques Kalisz, l’hôpital Louise Michel d’Adrien Fainsilber, l’Université du Mirail de George Candilis à Toulouse, le quartier de Mériadeck à Bordeaux de Jean Willerval, Paul Lagarde et Jean Royer, le centre Thales à Velizy de Claude Parent, l’usine Famar à Orléans de Jean Tschumi, les bureaux et laboratoires Novartis à Rueil-Malmaison de Bernard Zehrfuss, Martin Buckhardt et Jean Prouvé.

Les signataires dénoncent des décisions administratives « faisant fi des protestations de nombreux architectes mais aussi d’associations comme la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France, Paris Historique, et Docomomo International, et de simples citoyens ».

Interrogé par l’AFP, le maire UMP de Courcouronnes, Stéphane Beaudet, également vice-président de la communauté d’agglomération Evry-Centre-Essonne, estime que la pétition traduit un « corporatisme puant ». (Lire la suite…)

13 juin 2012

50 ans après sa mort, l’hommage à Freyssinet

Publié par Eric RAIMONDEAU dans Architecture

Floriane Dumazert | 08/06/2012 | 17:45 | Source : www.lemoniteur.fr/

Les 8 et 9 juin, Objat (Corrèze), ville natale d’Eugène Freyssinet, commémore le 50e anniversaire de la disparition du célèbre ingénieur. Pour l’occasion,  un projet de passerelle « Eugène Freyssinet » sera dévoilé.

Aujourd’hui encore, Eugène Freyssinet est considéré comme le plus grand ingénieur de son époque. Pas étonnant donc qu’Objat, sa ville natale en Corrèze commémoré dignement le cinquantième anniversaire de sa mort le 9 juin.  Avec l’Association Eugène Freyssinet, l’Association française du génie civil (AFGC) et Cimbéton, un hommage lui sera rendu, notamment en dévoilant un projet de passerelle à son nom. La maquette de l’ouvrage sera présentée le 9 juin. La passerelle mesurera 12 mètres et sera construite en Bfup précontraint (béton fibré à ultrahautes performances). Un clin d’œil qu’Eugène Freyssinet aurait sans doute apprécié. Rappelons que dès l’origine, celui-ci avait constaté que le béton résistait mal aux efforts de traction et inventé, en 1928, le béton précontraint. Il utilisera ce matériau sur de nombreux ouvrages, notamment le pont de Luzancy (1946) et celui de Plougastel (1929) avec lequel il établit le record du monde de portée d’un arc en béton (3 arcs de 186 mètres).

Le « patrimoine Freyssinet » sous le feu des projecteurs

Le 50ème anniversaire de la disparition de l’ingénieur résonne d’une tonalité d’autant plus particulière que le « patrimoine Freyssinet » fait aujourd’hui débat.

Depuis février 2012, la Halle Freyssinet, située dans le 13e arrondissement de Paris, a été inscrite au titre de Monument Historique et est désormais louée à un organisateur d’évènements. Pour en arriver là, l’Association Eugène Freyssinet a dû batailler ferme pour la sauvegarde de ce chef d’œuvre technique et esthétique. Construite en 1929 par Eugène Freyssinet, elle était la Halle des Messageries de la gare d’Austerlitz. Depuis 2007 et le transfert de la Halle au Sernam (Service national de messagerie), ancienne filiale de la SNCF, ce bâtiment était désert et la ville de Paris envisageait de le démolir au moins partiellement. (Lire la suite…)

123

le carnet du lait |
Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CGT CATERPILLAR
| Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT